La FAFCE invite la Présidence hongroise de l’UE à donner la priorité à la famille

Mercredi 30 mars 2011

Le Président de la Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE), Antoine Renard, a présenté un appel de la part de la FAFCE au Secrétaire d'Etat hongrois en charge des affaires sociales, la jeunesse et la famille, Dr Soltész Miklós. Cet évènement a eu lieu à Budapest au cours d'une conférence sur l'Etat et l'Eglise pour les futures générations organisée sous la protection du Cardinal Péter Erdő, Archevêque de Esztergom‐Budapest, Primat de la Hongrie et Président du CCEE.
La FAFCE salue les initiatives de la présidence hongroise de l'Union Européenne visant à introduire dans le débat public le rôle de la famille dans la société, plus particulièrement en ce qui concerne la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle.
Rappelant que la politique familiale relève de la seule compétence des Etats membres de l'UE, que la liberté de choix est nécessaire pour le bien‐être et la stabilité des familles dans la durée, et que les parents sont les premiers éducateurs de leur(s) enfant(s) et ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à leur donner. Pour ces raisons ils ont besoin de temps à passer avec leurs enfants et du soutien pour accomplir leur mission et responsabilité de mère et de père.
La FAFCE invite la présidence hongroise de l'UE à encourager les Etats membres de l'UE à prendre en considération le slogan 'L'Europe pour les familles, les familles pour l'Europe', en vue de reconnaître la famille comme la richesse et l'avenir de l'Europe, non seulement d'un point de vue économique mais aussi en termes de transmission des valeurs fondatrices de l'Europe, à savoir la solidarité, l'unité et la paix.
La FAFCE a aussi souligné que la priorité donnée à la famille est la clé de l'équilibre entre la vie familiale et le travail, et que la vie familiale doit être le point de départ de l'élaboration des conditions de travail, pour ne pas laisser les conditions de travail s'imposer dans le choix de fonder une famille. Cette perspective est cruciale, si l'Europe souhaite envisager l'avenir avec confiance, pour le bien‐être des générations à venir.