FAFCE

Fédération des Associations Familiales Catholiques.

Articles

Le rapport Estrela de retour à la table de négociation – les parents en Europe comptent sur un processus démocratique

Le 22 octobre le Parlement européen a renvoyé un rapport sur « la santé et les droits reproductifs et sexuels » à la Commission des Droits de la femme et l’égalité des genres (FEMM). C’est une procédure très rare pour un rapport d’initiative, c’est-à-dire un rapport initié par le Parlement lui-même, d’être renvoyé en commission comme cela a été le cas pour le rapport du député européen portugais Edite Estrela. Le nombre d’amendements déposés sur ce texte pour le vote en plénière était également exceptionnel. Ces faits soulignent la division des députés quant au contenu du rapport. Le débat très animé qui a précédé le vote illustrait également que la “santé et les droits reproductifs et génésiques”, libellé auquel s’applique le principe de subsidiarité, est un sujet qui empiète le mandat de l’UE qui dans ce cas est représentée par les députés européens, élus démocratiquement.

 

Alors que le rapport Estrela est maintenant de retour à l’ordre du jour de la Commission FEMM, selon une procédure particulièrement rapide – le rapport est prévu pour être voté à nouveau au sein de la Commission FEMM le 26 novembre, ne laissant aucune possibilité aux députés de le débattre, ni de déposer des amendements – des familles à travers toute l’UE tournent leur regard vers leurs députés européens, comptant sur leur respect pour une procédure démocratique.

Comme la FAFCE l’a souligné dans son analyse du rapport, la version actuelle est très loin de ce que désirent les parents pour l’éducation de leurs enfants.  Les parents sont les premiers et principaux éducateurs de leurs enfants et en tant que tels ils ont le droit de choisir l’éducation donnée à leurs enfants. Ce droit est reconnu par la Déclaration universelle des Droits de l’Homme (art. 26.3).  

A la lumière du droit international il est donc très inquiétant que le rapport présenté par Mme Estrela se lit plutôt comme l’agenda de la Fédération internationale du Planning familial (IPPF) et d’autres groupes de lobbying et non comme une proposition basée sur le bon sens partagé par les mères et pères à travers toute l’UE.

Quel mère ou père voudrait que son enfant soit informé de la masturbation dès le moment de la naissance? C’est une question très perturbante étant donné qu’un nourrisson est complètement dépendant de ses parents. Si l’on devait mener ce raisonnement jusqu’au bout ce sont les parents ou d’autres adultes qui seraient emmenés à assister l’enfant à se masturber. Il existe d’autres termes pour une telle situation, en l’occurrence l’inceste ou la pédophilie. Ceci peut paraître extrême mais c’est une partie intégrante du rapport présenté par Mme Estrela. En effet, le rapport contient une unique référence quant au contenu de l’éducation sexuelle dont il fait la promotion, à savoir les lignes directrices publiées en 2010 par le bureau régional pour l’Europe de l’Organisation Mondiale de la Santé et le Centre fédéral allemand chargé de l’éducation sanitaire (BZgA). Ces lignes directrices sont promues à travers l’Europe et se sont aussi insérées dans le rapport de Mme Estrela.

Cet exemple donne une indication quant au fondement du rapport de Mme Estrela. Que ce rapport n’a pas été rédigé seulement par Mme Estrela, elle l’a rendu parfaitement clair elle-même en remerciant des ONG lors de sa prise de parole dans l’hémicycle du Parlement européen la veille du vote. C’est également un fait établi que le bureau européen de IPPF a contribué au projet de rapport avant même qu’il ne soit rendu public au sein de la Commission FEMM : la représentante de IPPF Europe s’est vantée d’y avoir contribué en public au même moment que le projet de rapport était présenté à la Commission FEMM...

La vitesse à laquelle le rapport revient sur la table est consternante étant donné qu’il y a beaucoup d’autres rapports à traiter. Le rapport figure non seulement à l’ordre du jour de la prochaine réunion de la Commission FEMM mais se trouve également sur le projet d’ordre du jour de la séance plénière du Parlement européen en décembre.

Alors que les élections européennes approchent, les citoyens de l’UE sont attentifs au comportement politique de leurs représentants. Un traitement démocratique du rapport de Mme Estrela, prenant en compte l’expression populaire serait le minimum à attendre de la part du Parlement européen et il est certain que l’issue de ce texte aura un impact considérable sur les choix faits au moment des élections. Priver les parents de leurs droits fondamentaux concernant l’éducation des leurs enfants dont ils sont responsables pourrait constituer une perte considérable pour les candidats qui n’écoutent pas le bon sens des familles en Europe…  

 

Contact

Inscription à la Newsletter

Adresse courriel :


youtube-icone-8916-128

twitter-icone-3703-128

facebook-icone-8470-128