Vote du Parlement européen sur la nomination du Commissaire européen à la santé et protection des consommateurs: la FAFCE appelle les députés à respecter les libertés fondamentales

Le 21 novembre le Parlement européen réuni en séance plénière votera sur la nomination du Commissaire-désigné maltais Tonio Borg pour le poste de Commissaire européen à la santé et la protection des consommateurs, le vote se fera par bulletin secret. La FAFCE a adressé une lettre ouverte à tous les membres du Parlements européens pour les appeler à respecter les libertés fondamentales.

Le Président de la FAFCE, Antoine Renard, souligne que « des citoyens de tous les Etats membres tournent leur regard vers chacun des élus du Parlement européen alors que vous vous apprêtez à voter sur la candidature de Tonio Borg au poste de Commissaire à la Santé et la Protection des Consommateurs. En raison de la crise beaucoup de familles à travers toute l’Europe doivent actuellement faire face à des difficultés dans les deux domaines lies au portefeuille SANCO. Elles comptent sur votre engagement en faveur de leurs intérêts. La nomination de M Borg est une question urgente pour tous ceux qui compte sur la protection de leurs droits de consommateurs et de patients. » 

La lettre attire également l'attention sur la compétence et l'engagement manifestés par le candidat: « Tonio Borg a manifesté, d’une façon transparente et claire, son profond engagement au service de tous les citoyens européens tout au long de l’audition par les commissions parlementaires compétentes le 13 novembre dernier. A l’issue de l’audition un juriste fonctionnaire à la Commission européenne présent a déclaré « j’ai trouvé les réponses de Borg tout à fait pertinentes et fondées tant au plan juridique que politique. Contrairement à ce qu’ont laissé entendre ses adversaires, Borg se glisse parfaitement dans les habits d’un commissaire européen qui ne sera, ni de près ni de loin, le mandataire d’un pays membre, mais bel et bien au service du bien commun européen tout en étant pleinement respectueux du principe de subsidiarité réaffirmé par le traité de Lisbonne, et donc des droits des parlements nationaux. » »

La FAFCE appelle également à un traitement juste de tous les citoyens européens, y compris les membres de la Commission européenne:« les tentatives de diffamation à l’égard de M Borg portent atteinte aux libertés fondamentales prévues par l’article 10 de la Charte des Droits fondamentaux de l’UE. Ces libertés mêmes sont les valeurs fondamentales sur lesquelles l’Union européenne a été construite, elles s’appliquent à tous les citoyens, y compris les Commissaires. »

Lire la lettre intégrale ici.